Test du modem MiFi TP-Link M7650

Aujourd’hui, je vous propose le test du modem MiFi TP-Link M7650, dernier arrivé sur le marché

Commençons par un peu de vocabulaire: un modem MiFi est un modem mobile, connecté en 3 ou 4G à Internet et qui fait office de routeur WiFi.

Vous avez compris? Alors passez au paragraphe suivant. Pour les autres, voici quelques explications: vous le savez sans doute, votre smartphone se connecte à Internet par un réseau 4G (quand tout va bien). Il est possible de créer un partage de connexion pour connecter à Internet une tablette ou un ordinateur en déplacement, au-travers du Smartphone. Cela dépanne, mais ce n’est pas fiable et pas à même de supporter une charge de plusieurs appareils connectés. Et surtout, cela vide la batterie de votre smartphone à grande vitesse. Pas pratique quand on est dans le train et que le smartphone sert de ticket de transport… Un modem MiFi, c’est donc juste le module de connexion à Internet d’un smartphone, sans le grand écran tactile, sans les apps, sans Facebook, sans… ben tout ce qui est smart. Par contre, on a une grosse batterie, des antennes performantes et surtout un réseau WiFi optimisé pour plusieurs appareils. Par contre, il a besoin de sa propre carte SIM (en plus de celle de votre smartphone).

Je bénéficie d’un ancien abonnement chez l’opérateur suisse Salt (qui appartient à Xavier Niel, le PDG de Free). Avec mon abonnement pour mon iPhone, je pouvais à l’époque bénéficier d’une seconde carte SIM uniquement data, mais illimitées, appelé Multisurf, pour 10 CHF (8.80€) par mois. Tellement imbattable, que cette offre n’existe plus. Nous sommes nombreux à en avoir profité pour palier aux sous-investissements de Swisscom dans le réseau fixe pour avoir un accès à Internet décent en campagne. Depuis, de nouvelles offres sont apparues (mais jamais à ce prix!). Quand j’ai enfin eu accès au VDSL avec un débit de 100 mbps, je n’ai pas abandonné mon abonnement Multisurf; j’ai acheté un modem MiFi, perdu depuis, d’où le test de ce nouveau modèle.

Voici ces caractéristiques principales:

  • Débit jusqu’à 600 Mbps en download et 50 Mbps en upload.
  • Connexion possible jusqu’à 32 appareils en WiFi (10 pour mon ancien modem).
  • Débit jusqu’à 867 Mbps en 5 GHz pour le WiFi.
  • Batterie de 3000 mAh pour une autonomie de 15 heures.
  • Slot pour carte Micro-SD jusqu’à 32 Go.

Naturellement, ces chiffres sont très théoriques. Surtout avec les réseaux 4G suisses. Je n’ai jamais dépassé le 100 Mbps. Ce qui est intéressant, c’est le nombre d’appareils mobiles qui peuvent se connecter (pour une activité scolaire hors-cadre, par exemple, ou simplement quand on n’a pas de réseau dans notre collège…triste réalité de l’école vaudoise de 2019). Enfin, le slot Micro-SD est un bonus appréciable; on le verra plus loin.

Pour la pratique, voici ce que je n’ai pas aimé

  • Configuration impossible via l’app dédiée. J’ai dû passer par un ordinateur et un navigateur (adresse par défaut: http://192.168.0.1). Dans la réalité, c’est plus simple à configurer depuis un ordinateur que depuis un smartphone.
  • Pour le prix élevé (presque 180 CHF), le boîtier et surtout le cache de la batterie font vraiment cheap. L’écran est du reste réduit sa partie congrue (c’est exactement le même écran que celui de mon ancien modem TP-Link à 89 CHF. Aucune fonction ajoutée.).
  • Et toujours pour ce prix, aucune pochette de transport pour protéger le modem (prévu comme mobile!) n’est prévu. La grande surface de plastique transparente de l’écran se raie pour un oui ou un nom. Pas de gorilla glass, ici, mais du simple plastique.
  • le connecteur micro-USB pour la charge. Aujourd’hui, il est temps de passer à l’USB-C.
  • L’écran, minuscule, n’affiche que le strict minimum syndical.

Et voici ce que j’apprécie:

  • L’autonomie est à la hausse. C’est bienvenu. Même le poids s’en ressent.
  • Le partage de la carte Micro-SD fonctionne parfaitement.
  • Jusqu’à maintenant, la connexion s’est montrée particulièrement fiable.

Points que j’apprécie particulièrement:

  • Le partage de la carte Micro-SD peut se faire via un user/password, ou simplement par un accès anonyme. Cela facilite le partage de fichiers dans un petit réseau.
  • Les outils de gestion ont évolué. On peut maintenant définir une limite mensuelle de données, ainsi qu’une limite de données gratuites. Inutile pour moi, mais pratique selon votre plan.

En conclusion: c’est un bon petit modem MiFi, bien moche, d’une facture très cheap pour le prix. Mais ce qu’il y a à l’intérieur fait le boulot. Est-ce que je le recommande? Non. Même s’il fonctionne parfaitement. A ce prix, on a le droit de s’attendre à une finition qui tienne la route.

Publié par

Frédéric Genevey

Enseignant MITIC & Technologie, passionné de robotique pédagogique, d'Arduino et d'impression 3D.

3 réflexions au sujet de « Test du modem MiFi TP-Link M7650 »

  1. Bon nombre d’entre nous, avons souhaitez nous affranchir d’une box ADSL/Fibre pour une solution 4G via un modem LTE. Mais avez-vous une solution pour accéder à votre réseau interne depuis l’extérieur (internet) avec un modem comme celui-ci (voir un autre) ?
    Par exemple par le biais d’un VPN tunneling ouvert depuis le réseau interne et hosté sur un VPN Server gratuit sur le cloud gratuit ? Si pas encore, je vous encourage à proposer une solution aux lecteurs, je pense que nous sommes nombreux à être intéressé par un article explicatif permettant ainsi de s’affranchir de la dernière barrière recalant la substitution de la box versus un modem LTE (sur base d’une SIM 4G) et permettre d’accéder à nos dossiers sur un NAS ou des caméras de notre LAN via l’extérieur .

    Merci

    1. J’ai rédigé toute une série d’article sur les modems 4G fixes pour le domicile: https://mitic.education/?s=4g

      Je n’avais, à l’époque pas testé de VPN, n’en ayant pas le besoin. Maintenant, je suis en VDSL, avec un bon débit. Je n’utilise plus mon modem 4G fixe. Par contre, je me suis entre-temps équipé d’un synology. Je ne vois pas pourquoi son VPN ne pourrait pas fonctionner. Il reste le problème de la résolution de l’adresse IP dynamique, la plupart des opérateurs passant par un sous-réseau privé.

      1. Bonjour, car le VPN du Synology permet un accès depuis l’extérieur mais le problème est que l’IP dynamique (DNS) ne peut résoudre une accès extérieur via un sous-réseau et c’est bien là le problème. Vous avez beau a ouvrir les ports en forwarding ou même installer un VPN sur le synology sur le réseau interne. Celui-ci reste inaccessible via un accès internet par Modem 4G.

        Le seul moyen est l’ouverture via un VPN tunelling avec un reverse DNS pour un accès depuis le WEB. Sinon… pas d’accès au caméra interne ni au folder du synology ou ses applications.

        Raison de ma demande si vous aviez traiter ce sujet qui bloque une migration sur modem 4G si on doit accéder au réseau local depuis le NET.

        Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.