Oups!

Ah merde! Je suis mort et personne n’a pensé à me prévenir!


Optimiser la taille de ses vidéos avec Handbrake pour Mac

Voici une petite astuce offerte par le Radiobus: comment diminuer la taille de ses vidéos, sans sacrifier à outrance la qualité.

Dès qu’il s’agit de publier des vidéos sur Internet, par exemple sur Scolcast.ch, la taille des vidéos peut vite devenir un obstacle; en particulier lorsqu’on veut garder du full HD. Voilà une astuce toute simple pour réduire la taille des vidéos, tout en gardant une bonne qualité.

Premièrement, il faut télécharger le logiciel gratuit Handbrake.

Prenons maintenant une vidéo filmée avec un iPhone 6 et montée sur Final Cut Pro X. premièrement au format natif, on obtient un fichier de 4.09 Go.

Lors de l’exportation en 1080p, on obtient un fichier de 539 Mo:

On glisse alors le fichier 1080p directement dans Handbrake (ici avec les réglages d’origine) et on envoie la conversion:

Et on obtient enfin un fichier vidéo, de qualité pratiquement similaire, mais qui n’a plus qu’une taille de  157.3 Mo!

 

Pour comparer, voici le fichier directement exporté de Final Cut Prox X au format 1080: fichier FCPX 1080

Et voici le même après son passage sur Handbrake: fichier Handbrake

La différence se voit, mais reste minime. Or, le compromis taille/qualité offert par Handbrake est une excellente solution pour une publication sur Internet.

[EDITION 21 Fev]

Philippe Devaud, sur son blog Fri-Tic, présente la même astuce que moi… mais publiée 5 jours avant moi. Jolie coïncidence. Je lui rends donc l’honneur de la primauté. Il ajoute par ailleurs de cocher l’option Web optimized, afin de permettre un téléchargement progressif de la vidéo lorsqu’elle est destinée à être publiée sur un site web.


Vous êtes viré. Veuillez déposer votre main sur ce bureau avant de sortir.

Je lis dans un article de Futura Science que 8 employés belges de la société belge Newfusion ont accepté qu’on leur implante une puce RFID dans la main pour leur permettre l’accès aux locaux de l’entreprise. De la taille d’un grain de riz et très semblables aux puces implantées sur les animaux, ils existent maintenant en version plate et flexible.

Sans vouloir aborder ici les côtés éthiques, techniques, médicaux et de protection des données (et pourtant, il y en aurait à en dire), je m’interroge juste sur un point: quand vous êtes virés, on fait comment?

C’est bien joli de décider, à titre privé ou expérimental, de s’implanter une puce RFID (souvent réalisé par des piercer; les médecins n’étant pas très chauds à cela), mais quand c’est votre employeur qui vous le propose? Premièrement, la chose se fait hors cadre médical et légal. Et que se passe-t-il quand on vous met à la porte?
Il y a en gros trois solutions: on vous coupe la main (surtout probable si vous faites partie de la mafia ou des Yakuza). Ou alors on désactive le code de votre transpondeur et on vous laisse vous débrouiller avec ce que vous avez dans la main; à vous de faire les frais pour le retirer ou de subir d’éventuelles conséquences encore inconnues aujourd’hui, faute de recul) dans quelques dizaines d’années. Enfin, non seulement vous devez subir un licenciement, mais en plus une opération que votre employeur vous imposera, pour retirer l’implant… en espérant que dans ce cas, cela se fasse dans un milieu médical et pas dans l’arrière-boutique qui sent le cannabis du piercer qui vous l’a implantée…

Que l’acte de s’implanter une puce soit volontaire, par exemple pour payer ses consommations dans un club à la mode de Barcelone, parce que les habits qu’on porte n’ont pas de surface suffisante pour y intégrer une poche pour une carte de crédit, c’est une chose… Que ce soit un employeur, avec lequel vous avez une relation de subordination, qui vous le demande, c’est autre chose. D’abord, on ouvre les portes. Ensuite, on s’en sert pour payer son café à la machine (avec log de la consommation et des heures passées à boire du café. Enfin, si en théorie la portée de détection est courte, avec un bon émetteur-récepteur et l’antenne qui va avec, placés dans des endroits stratégiques, on pourra évaluer votre procutivité. Il reste enfin le cas de la criminalité. Pour entrer en fraude dans une entreprise, on pouvait voler ou copier des clés, extorquer des codes. Là, cela risque de devenir plus sanglant!

Pour comprendre tout cela, voici le patron de l’entreprise belge en pleine démonstration:


La neige? C’est quoi la neige?

28 décembre 2016 depuis la station spatiale internationale… on ne peut pas dire que ce soit très blanc!

Cliquez sur l’image pour une version en haute résolution. Source: Thomas Pesquet


Gérer visuellement l’occupation du disque dur de son Mac

Avec le passage des disques durs aux SSD, on a perdu en capacité de stockage ce qu’on a gagné en vitesse. Alors que j’avais l’habitude de remplir à raz-bord un disque d’1 To, me voici à me contenter d’un 500 Go. Et fichtre! Cela se remplit vite! Reste à savoir comment cela se remplit. Voici l’occupation de mon disque dur:

Cette image, je l’ai obtenue avec l’application gratuite GrandPerspective. Et c’est diablement instructif. Il suffit de se déplacer sur chaque point pour voir apparaître dans la barre d’état, au bas de la fenêtre, de quoi il s’agit. Ici, par exemple, l’énorme carré jaune est ma bibliothèque Aperture, avec toutes mes photos: 102 Go. Rien à modifier ici. Par contre, voilà qui est très intéressant:

NetNewsWire est un lecteur RSS que je n’utilise plus depuis des années. Et son cache, contenant des milliers de petits fichiers est toujours là, pour un total de 13.09 Go de données…

Voilà un logiciel bien mal fichu, qui gaspille de l’espace disque pour rien! Allez hop! Poubelle! Il suffit de cliquer sur Reveal pour afficher l’un de ces petits fichiers dans le Finder, puis de remonter l’arborescence jusqu’au dossier de cache.
Il est aussi possible de modifier les couleurs en fonction du type de fichiers, des dates de créations, du dernier accès… ainsi, cela permet de découvrir des antiquités oubliées, et plus utilisées depuis des milliers de jours, comme ici en vert:

Au final, ce sont plusieurs dizaines de Go d’espace sauvé. Mais il faut être prudent et savoir ce qu’on supprime.


La Suisse, îlot de cherté

On n’arrête pas de parler de l’îlot de cherté suisse. Il faut y vivre pour comprendre que ce n’est pas un mythe.

Exemple, avec cette offre: prix normal: 59.-. Offre spéciale: 29.-. En réalité, le prix est de 34.-, puisqu’il y a encore 5.- de frais de port.

Bon, un petit tour sur un site chinois me rapporte un prix de 5.78$, soit 5.75 CHF… frais de port+douane compris.

A un moment donné, je veux bien comprendre que les frais sont supérieurs pour un magasin suisse. Mais quand il s’agit d’un shop online, qu’est-ce qui peut bien expliquer que le prix vendu en Suisse soit dix fois supérieur?


Vis ma vie d’enseignant

« Décrivez une journée-type de votre travail »

Comment dire… après avoir mis en panne un téléphérique hier, j’ai participé, ce matin, au montage d’une antenne FM en montagne, dans la neige par -15°C et à l’installation d’un émetteur FM dans une cave, avant de regagner la base, entourée de gros ballons de toutes sortes, tout en suivant l’interview d’une conseillère d’Etat et en cherchant un bouvier et son boeuf. Bref, la routine du boulot d’enseignant!

Incompatibilité d’humeur entre l’antenne et le téléphérique. Le divorce est inévitable.

C’est beau, un antenne dans la montage… c’est aussi glacial!

Une vraie carte postale!

Sur la photo: une cave d’un particulier squattée, un émetteur FM, un patron sympa, un modem 4G, une carte son et un Mac pour récupérer la webradio, avant de l’envoyer dans l’émetteur FM. Je vous laisse identifier qui est qui.

Retour à la base. Si la Semeuse est le café que l’on savoure, le RadioBus, c’est la radio qu’on écoute!

Et une Conseillère d’Etat devant les micros!

Le Valais envahit le Pays de Vaud. Au premier plan, il s’agit de mini-mongolfières, radiocommandées.

Ça se bouscule!

Tout gamin, je passais une semaine en février, chaque année, à Château d’Oex, pour faire du ski. Cette montgolfière a toujours accompagné mes vacances. C’est sympa de la retrouver dans un cadre professionnel, 30 ans plus tard.


Chauffe, Marcel!

Petite réalisation de la nuit, en urgence: un film chauffant avec commande thermostatique pour maintenir un émetteur FM placé en montage à température.

Boîtier imprimé cette nuit sur ma K8400; 7 heures d’impression. C’était un one shot; pas le temps d’en réimprimer un second en cas de problème. Heureusement, il est parfaitement ajusté.


Création d’un tampon encreur à la découpeuse laser et imprimante 3D

Ma femme Carine, pour l’un de ses cours AC sur l’art postal, a besoin d’un faux tampon postal d’Attalens, d’un diamètre de 6.5 cm.

La réalisation d’un tampon sur mesure par une entreprise spécialisée est trop onéreux… et surtout pas dans l’esprit maker.

Voilà le résultat:

 

Réalisation du tampon

Création du design

Un tampon postal est graphiquement relativement simple. Comme il est réalisé à l’aide d’une découpeuse laser (on le verra plus loin), il nous faut une image vectorielle, au format SVG. Pour la réaliser, on peut utiliser différents logiciels, comme Illustrator (MAC/PC, payant et très cher), Inkscape (MAC/PC, open source et gratuit) ou Intaglio (MAC, payant, mais présent sur le master cantonal vaudois).
Intaglio est clairement le plus simple d’accès (inspiré de l’ancien module vectoriel d’AppleWorks), mais aussi le plus limité en fonctions.

Pour créer le château, j’ai importé une photo et ai simplement suivi les bords avec l’outil Trait.

Le tampon est réalisé en assemblant les différents éléments: texte, château, cercles…

 

Une fois le tampon réalisé, il faut le mettre en négatif et en miroir, avec le choix de couleur correspondant à la fonction marquage de la découpeuse laser. Comme la découpeuse laser du FabLab de Fribourg est pilotée depuis Inkscape, j’utilise ce programme pour finaliser mon projet.

On envoie ensuite le tout à la découpeuse laser. Il existe une matière de type caoutchouc spéciale pour faire les tampons sur les découpeuses laser. Cette dernière va commencer par graver le tampon, avant de faire un tour de découpe.

La découpe a été réalisée sur la découpeuse laser du FabLab de Fribourg. On trouve aussi des FabLabs à Renens, Nyon, Neuchâtel, Sion, Bienne, Ins, Genève, Berne, ainsi qu’à la HEP Vaud.

Réalisation de la poignée

La poignée a été créée directement sur Thingiverse. En supprimant le texte; on se retrouve avec un fond plat pour y coller le tampon.

On imprime ensuite la poignée avec une imprimante 3D.

Au final, le résultat donne un tampon personnalisé parfaitement fonctionnel, pour un coût entre 3 et 5 CHF.

Lire

Lego Mindstorms EV3 Education disponible gratuitement

Le programme Lego Mindstorms EV3 Education est maintenant disponible librement à l’adresse suivante:

https://education.lego.com/en-us/downloads/mindstorms-ev3

 

On y trouve aussi de nombreuses activités pédagogiques en anglais autour des EV3


Welcome iPhone!

Il y a 10 ans, Steve Jobs présentait l’iPhone lors de ce qui a sans doute été sa meilleure keynote…

Je me souviens; ce soir-là, je hurlais, je jubilais, je sautais, je bavais derrière mon écran, en regardant cette keynote! Il y a clairement, dans ce monde, un avant et un après iPhone, comme il y a eu un avant et un après Macintosh et un avant et un après découverte du feu.

Pour mes jeunes lecteurs, blasés de technologie; un téléphone, avec un écran multitouch, un lecteur mp3 et vidéo, plus un navigateur Internet, le tout-en-un seul appareil; ça n’existait pas, avant l’iPhone.

C’était la première fois qu’on entendait le « whoop » d’envoi de message. la première fois qu’on voyait un smartphone vraiment smart. C’était le début de l’ère des smartphones. Ces gestures, qui nous paraissent tellement naturels, aujourd’hui, sont nés il y a 10 ans.

Et pour ceux qui veulent connaître la petite histoire derrière la Grande Histoire, je vous recommande la lecture de cet article… C’est tellement Apple dans toute sa splendeur!

 


La nouvelle app CFF: géniale à défaut d’être intelligente

Depuis quelques semaines, les CFF ont lancé une nouvelle app pour smartphone qui, outre les horaires et l’achat de billets, permet de bénéficier d’un horaire tactile assez génial.

Nouvelle app CFF

Horaire tactile

Je prends depuis peu de temps en temps le train pour aller travailler, depuis Vuisternens-devant-Romont jusqu’à l’arrêt Crochy du M1. Pour ce faire, je prends le bus jusqu’à Romont, puis le train jusqu’à Renens et enfin le M1 jusqu’à Chavannes-près-Renens.

Il est ainsi très simple de chercher son horaire, via un lieu. C’est assez important pour moi; l’horaire le plus direct me fait faire un long trajet en bus jusqu’à Palézieux pour y prendre un train. Or, le trajet via Romont ne prend que quelques minutes de plus et je suis dans le train de Romont jusqu’à Renens. Je peux donc y travailler, contrairement au bus.

Seulement, tout n’est pas rose. Voici le prix du billet affiché par l’app CFF:

Prix du trajet

12 francs. Mais ce prix ne comprend pas le trajet en M1; soit 2.40 CHF, lorsqu’on prend le ticket via l’app TL. Or, il y a un souci. L’app CFF gère très bien les communautés tarifaires locales, mais pas lorsqu’on passe d’une communauté tarifaire à une autre. Ainsi, le prix d’un voyage de Palezieux à Crochy est de 4.60 CHF.

Prix du trajet Palézieux – Crochy, y compris M1

Et le prix de la communauté tarifaire Frimobile (très onéreuse) est de 6.20 CHF.

Prix du trajet Vuisternens-devant-Romont – Palézieux

Au total, cela fait donc 4.60 + 6.20 = 10.80 CHF pour faire le trajet Vuisternens-devant-Romont – Crochy, soit 3.60 CHF de moins que les 14.40 CHF (12.00 + 2.40)  que coûte le trajet si on fait bêtement confiance à l’app CFF. La différence de prix est quand même plus de 33% d’augmentation! Gare au piège!

Maintenant, il est extrêmement difficile d’y voir clair dans la jungle des tarifs et communautés tarifaires… il y a peut-être un biais dans mon raisonnement. Dès lors, ma prochaine mission sera d’aller à un guichet CFF et de demander un billet. On verra quel sera son prix.