Pour des Humanités numériques

Pour des Humanités numériques: la place de l’Homme face à la machine, ou la machine priée de rester à sa place.
« On va avoir du numérique dans tout, mais tut ne se réduit pas au numérique ».
Plaidoyer pour une culture du numérique à l’école pour préparer le post-digital, mais inutile de vouloir faire de nos élèves des informaticiens; ils seront de futurs chômeurs remplacés par des IA. Point de vue intéressant sur ce que devraient être les cours de culture numérique à l’école.

La Radio Suisse Romande a diffusé ce samedi une émission très intéressante sur le sujet, avec comme invité Dominique Vinck, professeur à l’UNIL. L’émission se réécoute ici.

Du coup, je me suis empressé de commander le livre de Dominique Vinck: Humanités numériques : La culture face aux nouvelles technologies (ed. Le Cavalier Bleu).

Test de la radio DAB+ /enceinte Bluetooth Geneva Touring S

La FM va bientôt disparaître au profit du DAB+. La feuille de route du Conseil Fédéral annonce un abandon progressif dès 2020 de la FM, pour une migration complète sur le DAB+ (et la mort de la FM) pour 2024. Si au RadioBus ont est prêt (on diffuse déjà en DAB+), il faut encore s’équiper. N’ayant pas d’installation HiFi au salon, et n’en voulant pas, je suis à la recherche d’une radio DAB+ pas trop grande, mais qui fasse aussi enceinte Bluetooth. Et si possible avec un son potable et un écran couleur. Des radios DAB+, il y en a à la pelle. Avec le Bluetooth, c’est plus rare et cela revient vite cher. Au niveau du design, c’est le rétro qui prédomine.

Et c’est en cherchant que j’ai eu un coup de coeur! Je suis tombé sur la Geneva Touring S de Genevalab. Et la, c’est la waouh effect!

C’est sobre et beau comme un Revox. Pas d’écran couleur, mais un très rétro et très bel écran LEDs derrière la grille métallique. So old school! Au niveau des fonctions, on a une radio FM, une radio DAB/DAB+, le Bluetooth et une entrée jack 3.5mm. Et pour finir, on a une batterie standard, avec un connecteur standard, facilement accessible et donc facile à remplacer pour trois fois rien (ou pour avoir de l’autonomie en plus). Qui plus est, la conception est suisse et la qualité des composants semble au rendez-vous. Maintenant, ne nous faisons pas d’illusion. Si Genevalab a son siège à Zug (Genève est plus glamour, Zug est fiscalement plus intéressant), la fabrication est made in China. Ici s’arrête donc la comparaison avec les Revox ou les Nagra. Dommage. Maintenant, on a quand même un produit d’excellente qualité, avec un design vraiment cool, des composants eux aussi de qualité, pour un prix raisonnable par rapport à la concurrence (199.-). Je pense que j’aurais été prêt à mettre 100.- de plus pour de l’assemblage en Suisse.

Pourquoi acheter une radio en 2017, quand on peut faire du streaming et du podcast avec son téléphone? Pourquoi ne pas simplement prendre une enceinte Bluetooth? La question mérite d’être posée. Si je ne regarde pratiquement plus la télévision, je suis encore un adepte de la radio, en particulier le matin, entre le café et le déjeuner (p’tit-dej pour les Français de passage ici) et sur la route pour aller au travail. Au retour, j’écoute des podcasts en streaming. En Suisse romande, nous avons beaucoup de chance: nous avons sur la première chaîne de la RTS des programmes du matin d’une qualité exceptionnelle: le Journal du matin (6-8h), Tout un monde, On en parle, CQFD, Tribu, Les Dicodeurs et le journal de 12h30. Bref, pas de quoi s’ennuyer. La radio, avec des contenus de qualité, a encore de beaux jours devant elle.

Lorsqu’on saisit la boîte de la Geneva Touring S, on est surpris par son poids. En effet, la radio est massive. Le métal prédomine sur le plastique.

À l’intérieur, il n’y a que le strict minimum: un mode d’emploi succinct, la radio en elle-même, un chargeur USB et un câble Micro-USB pour la charge. Et c’est tout. Je regrette l’absence d’une fourre à la hauteur de la qualité d’exécution de la radio, afin de la protéger en transport.

Si la radio existe en beige, rouge, blanc et même bleu, je suis resté très classique, avec un choix en noir. La première chose à faire, c’est de connecter la batterie. Le fabricant promet 20 heures d’autonomie.

Il n’y a que peu de boutons. Cela implique l’usage du bouton preset pour sélectionner les émetteurs mémorisés, au lieu d’avoir un bouton d’appel direct. La rançon de la sobriété.

L’antenne se rentre complètement dans la radio (il s’agit du cercle en haut à gauche). Élégant et ingénieux. J’ai la chance d’être à vue avec l’émetteur DAB+ du Gibloux. Du coup, je n’ai pas besoin de sortir l’antenne et j’ai malgré tout une réception parfaite. Ce n’est de loin pas le cas avec mes autres radios DAB+.

À l’usage, la Geneva Touring S est très agréable. Le son est neutre, mais profond, tel que je l’apprécie sur mes écouteurs Bowers & Wilkins. La grande molette de réglage du son offre une résistance agréable, qui donne une impression de qualité à l’ensemble. L’écran est rétro au plus haut point. C’est du reste le seul point faible de la Geneva Touring S que je puisse relever jusqu’à maintenant: il manque un capteur de luminosité pour adapter la luminosité de l’écran. Dès lors, en plein jour, il est parfois difficile à déchiffrer. Autre petit regret: l’absence d’un indicateur de charge. Enfin, je l’ai acheté en toute connaissance de cause, mais il faut s’avoir que bien que portable et transportable en voyage, il n’y a pas de fonction réveil.

J’apprécie:

  • Le design, compact et élégant
  • La qualité du son
  • la batterie, facilement accessible et standard avec son connecteur JST (et donc remplaçable pour quelques francs)
  • Le connecteur de charge Micro-USB standard
  • La qualité du récepteur DAB+
  • Le pearing simple en Bluetooth

Je regrette:

  • L’écran peu lisible en plein jour
  • L’absence d’un sac de protection pour le transport
  • L’absence d’un port casque
  • Le faible volume du Bluetooth, obligeant à fortement augmenter le volume
  • Le made in China

En conclusion, l’usage confirme mon choix: la radio répond pleinement à ce que j’attends d’elle. Malgré sa taille compacte, la qualité du son ainsi que la réception DAB+ sont au rendez-vous.

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Quand la FM rencontre la 4G

La petite histoire que je m’apprête à vous raconter illustre bien les trésors d’ingéniosité que nous devons déployer avec le Radiobus pour réussir à émettre.

Je rappelle que le Radiobus est une radio scolaire romande, sous la forme d’un ancien bus des transports publics zurichois, transformé en studio de radio mobile (régie à l’arrière, studio à l’avant et émetteur FM + antenne intégrés) par la Radio Suisse Romande. Depuis plus de 10 ans, il a été récupéré alors qu’il partait à la casse et remis en état en partenariat entre la HEPL et la DGEO, sous la patronage de Denis Badan. J’ai rejoint l’équipe il y a 3 ans.

Cette semaine, le Radiobus est à Château d’Oex, magnifique village des Alpes vaudoises, pour permettre aux élèves de la région d’animer une émission de radio du jeudi 6 au samedi 8 octobre, dans le cadre de l’inauguration du nouveau collège. On en profitera pour fêter les 10 ans de la radio scolaire local: Radio Pays d’en O.

Le problème est le suivant: le Radiobus est placé devant le collège… soit au fond de la vallée. Et la théorie de la propagation des ondes veut qu’elles se propagent bien mieux lorsque l’antenne est située en hauteur… si possible sur une montagne. Or, un téléphérique part de Château d’Oex. L’idée, un peu folle, est alors de placer l’émetteur FM et son antenne à la station amont du téléphérique, avec la nécessité de transférer le signal audio du bus à l’émetteur! Voilà ce que cela donne:

3dxvirtuallcd

 

Au départ, il était prévu d’utiliser la connexion internet normalement disponible à l’arrivée du téléphérique, pour récupérer le flux émis depuis le Radiobus. Mais impossible de se connecter. Il a fallu réfléchir et trouver une solution d’urgence…

La Radiobus est autonome en matière d’Internet. Il dispose d’un modem-routeur 4G fixe, avec une connexion Swisscom (20 Go/mois) qui lui permet d’avoir un réseau interne et une connexion à Internet sans dépendre des infrastructures scolaires locales.

crg_iupwyaqwcpr

 

Ce modem sert aussi à streamer les flux audio vers nos serveurs, pour une diffusion sur Internet et en DAB+. L’idée serait donc d’avoir une connexion 4G au sommet du téléphérique, afin de récupérer le flux audio pour l’envoyer à l’émetteur FM. C’est ce qui a été réalisé provisoirement avec un iPad équipé d’une carte SIM Swisscom privée. Malheureusement, la quantité de données mensuelle est limitée (car prévue pour une utilisation occasionnelle de l’iPad en 4G); au-delà de cette limite, le débit est drastiquement réduit et cela ne permettra plus la diffusion 24/24 durant les 3 jours nécessaires.

capture-decran-2016-10-05-a-11-49-16

Voici donc la solution trouvée: Salt, avec ses cartes PrePay, propose une connexion 4G illimitée, sans réduction de débit, pour un maximum de 2 francs par jour. Cela ferait donc 6 francs pour une connexion permanente à Internet, en 4G et une diffusion 24/24 durant 3 jours. Un rapide coup d’oeil sur la couverture 4G de Salt montre que le sommet du téléphérique est tout juste couvert en 4G; sinon on bascule en 3G, qui devrait néanmoins offrir un débit suffisant. Pour ce qui est de la couverture Swisscom, c’est tout bon au niveau du collège.

Une carte PrePay Salt, avec 20.- de crédit de communication (soit 10 jours d’émission) coûte 10.-… Nous en avons donc acquis une en catastrophe. Elle est placée dans un petit modem mobile Huawei qui a la particularité (pour un modem mobile) de posséder, outre le WiFi, un port Ethernet.

hw_436697

 

Il reste à mettre cela en place. Travailler au Radiobus amène bien des surprises, à commencer par escalader avec Denis le téléphérique avec lequel je gagnais les pistes étant enfant!

img_7737img_7729dsc05111img_7743

 

 

On y voit bien l’antenne reliée à l’émetteur FM et Château d’Oex au fond de la vallée.

img_7747img_7749

 

 

Et voici l’émetteur, ainsi que Denis en train de le régler. On a testé l’adjonction d’un compresseur, qui s’est avéré peu concluant:

img_7754img_7755

 

 

Techniquement parlant, cela se passe ainsi: le Mac est connecté au modem 4G Huawei, avec une carte PrePay Salt. Il récupère le flux en 128 kbs directement sur le site du Radiobus. Ce flux est alimenté par le modem 4G du Radiobus, via une connexion Swisscom. Le son, via l’USB, passe dans une carte son, avant d’être envoyé dans l’émetteur FM (le gros boîtier gris sous l’ordinateur). Celui-ci émet sur FM 101.3. C’est tellement efficace que la réception est claire en certains points du centre-ville de Bulle et à Vuadens!

img_7732

 

Pendant ce temps, le Radiobus est devant le collège:

dsc05133img_7715

 

 

img_7716

 

Quelle conclusion tirer de cette aventure? En réalité, il y a plusieurs conclusions. La première, c’est que le Radiobus répond toujours présent. Plus les défis sont grands, plus cela nous stimule! Pour les 10 ans de Radio Pays d’Enhaut, pour les élèves, les autorités communales et les enseignants du Pays d’Enhaut, on a littéralement déplacé des montagnes, avec la complicité de Swisscom et Salt! Et on va remettre ça cet hiver, durant le Festival des Ballons, avec Radio Ballons! La seconde, c’est que quand on est de la génération MacGyver, on trouve toujours une solution bricolée qui permet de s’en sortir… et qu’un couteau suisse fait toujours partie de la solution! Cette théorie a été une fois de plus démontrée… La troisième, c’est que cela fait justement 3 ans que j’ai rejoint l’équipe du Radiobus, et que notre vie est une sitcom, tellement nous sommes complémentaires (je suis le geek à lunettes…), voire stéréotypés! Travailler avec Nathalie et Denis, c’est partager une vision de l’éducation, des compétences, des ressources et beaucoup de rires. Enfin,

On a un bien joli canton :
des veaux, des vaches, des moutons,
du chamois, du brochet, du cygne ;
des lacs, des vergers, des forêts,
même un glacier, aux Diablerets ;

img_7736

Babylone, émission de la RTS sur

La chaîne de radio Espace 2, de la RTS, diffuse une excellente émission appelée Babylone, animée par Nancy Ypsilantis. Cette émission aborde les grandes questions du moment avec une approche pluridisciplinaire. L’émission de ce jeudi a été réalisée hier au FabLab de Fribourg, sur le thème FabLabs et Open Source: le partage des données, modèle du monde de demain?. Ma fille Amélie et moi avons eu le plaisir d’y participer (dès 19′ 30 »). On peut écouter l’émission à cette adresse, pour tout savoir sur les FabLab: Babylone, RTS.

a2
Crédit photo: Babylone: https://www.facebook.com/RTSBabylone
a1
Crédit photo: Babylone: https://www.facebook.com/RTSBabylone