Le RSS, vraie bonne idée, se meurt

De moins en moins de sites web proposent un flux RSS. Pourtant, c’est l’une des technologies les plus utiles sur Internet pour tout PressMITIC qui se respecte.

 

Les portes du flux

Commençons par le début: le flux RSS (Really Simple Syndication) est un format de données utilisé pour la syndication du contenu web… je cite Wikipédia. En fait, c’est très simple: il s’agit de mettre à disposition tout ou partie du contenu d’un site web selon un format unifié. L’âge d’or du RSS date de l’explosion des blogs sur Internet. Ainsi, pour chaque nouvel article publié, le flux RSS se met à jour, incluant tout ou partie de l’article. Le principal avantage est que le flux RSS se crée et se met à jour automatiquement, sans intervention du blogueur.

rss

Logo RSS

Allumer le flux

L’utilité du RSS était de pouvoir afficher en direct le contenu d’un site web dans un autre. Mais surtout, très vite des sites agrégateurs de contenu sont arrivés, comme Netvibes, Feedly ou Digg. Mais celui qui tenait le haut du pavé était bien Google Reader. Très vite, des logiciels d’agrégation de flux RSS sont arrivés sur le marché, comme l’excellent NetNewsWire.

Grâce aux flux RSS et aux agrégateurs, il est possible de centraliser au même endroit le contenu de centaines de sites web, toujours à jour, et souvent consultable même hors de toute connexion. Il faut bien se rendre compte que l’Internet mobile, à cette époque, était une chose très onéreuse, très rare et très lente. Un agrégateur ne charge que le contenu des articles, sans se soucier du reste du site, à commencer par la publicité. Et surtout il suffit de lancer son logiciel pour que l’ensemble du contenu soit mis à jour. En un coup d’oeil, on peut voir quels sites ont été mis à jour et proposent de nouveaux articles… c’est un peu l’ancêtre des notifications actuelles.

 

NetNewsWire - 8515 unread - Extended Trial

Les flux RSS et un agrégateur sont indispensables pour faire de la veille. En tant que PressMITIC, je peux suivre ce qui se passe sur les principaux sites technologiques et pédagogiques. Surtout, je suis avisé dès qu’un nouvel article est publié, ce qui m’évite de devoir aller visiter des sites qui n’ont rien de neuf à proposer. Par ailleurs, une vision globale des titres des nouveaux articles et un moteur de recherche intégré à l’agrégateur permettent d’avoir une vision d’ensemble et de rapidement trouver l’information.

 

Requiem pour un flux

Mais si les flux RSS sont si pratiques, pourquoi sont-ils menacés? Simplement parce que le web change et surtout la manière de le consommer change aussi. Les blogs cèdent la place aux réseaux sociaux et ceux-ci ont tout intérêt à garder les internautes sur leur site afin de dégager de confortables revenus publicitaires. Les flux RSS vont donc à l’encontre de leurs intérêts économiques. Par ailleurs, il y a de plus en plus un glissement vers un usage mobile d’Internet sur smartphones et tablettes. Cet usage passe le plus souvent moins par un navigateur que par des applications dédiées. Ainsi, même les sites de recettes de cuisine ont leur propre application. A nouveau, l’objectif étant de rendre captif l’utilisateur, la suppression des flux RSS va empêcher la consultation du contenu hors du cadre prévu par l’éditeur. Enfin, Google, dont les principaux revenus sont issus de la publicité en ligne, a désactivé son service Google Reader, qui était l’un des plus utilisés par les Internautes pour la consultation des flux.

Aujourd’hui, de moins en moins de sites proposent de flux RSS et je le déplore. Grâce à eux, je peux suivre quotidiennement une dizaine de sites web.

 

 

Publié par

Frédéric Genevey

Enseignant MITIC & Technologie, passionné de robotique pédagogique, d'Arduino et d'impression 3D.

Une réflexion sur « Le RSS, vraie bonne idée, se meurt »

  1. Pour le moment on trouve encore beaucoup de sites ou de blogs qui ont des flux RSS. Tout dépend du type d’information que l’on cherche. Et sinon il y a l’excellent Tiny Tiny RSS qui s’installe sur un serveur web (pratique lorsqu’on a un NAS) et qui permet de centraliser les flux que l’on suit sans avoir un client installé sur l’ordinateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.