Catégorie : Education aux médias

Petit exercice d’éducation aux médias numériques

J’ai vu passer sur Facebook une vidéo très intéressante:

Elle se trouve ici: https://brunobertez.com/2017/03/28/macron-decode-par-un-gamin-bien-plus-fort-que-fillon-faites-circuler-un-sacre-travail/

Le contenu est circonstancié, à charge (non mais franchement, vous pensiez vraiment que Macron était meilleur que les autres?). Mis à part des commentaires et avis personnels très peu professionnels, cette vidéo est d’une bonne facture. Passons-là donc au filtre d’analyse des médias des 3QPOC. Et là, ça commence à coincer.

Primo: qui a réalisé cette vidéo? Qui est filmé? Aucune source, aucune information. Simplement, cette vidéo est publiée sur le blog de Bruno Bertez. Petit résumé Wikipedia: « Bruno Bertez, né en septembre 1944, est un patron de presse français spécialiste de l’information financière. Patron d’un groupe de presse spécialisé dans l’économie et la finance, il fonde le quotidien La Tribune. Il écrit régulièrement dans le quotidien des affaires suisse, L’Agefi. Il est blogueur régulier des sites d’information Blog à Lupus, brunobertez.com, Atlantico et Lesobservateurs.ch. » Et oui, un financier, qui contribue régulièrement au site lesobservateurs.ch, très à (l’extrême) droite (http://www.hebdo.ch/…/le-site-les-observateursch-va-t…). Bon. Cliquons sur le lien youtube de la vidéo. Oh surprise (non, en fait, pas tant que cela…). On tombe sur la page youtube officielle de Marine le Pen 2017. [EDIT: Il ne s’agit pas de la chaîne YouTube officielle de Marine le Pen, mais d’une chaîne animée par un militant, semble-t-il]. https://www.youtube.com/watch?v=9FyWTNBpe_s.

Mais c’est trop simple. J’ai donc recherché l’origine réelle de la vidéo et j’ai fini par trouver. Elle provient de la chaîne YouTube Trouble Fait, qui a la particularité de faire du facts checking. Et lorsqu’on va sur la page de la vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=1xjq2qV5geU, là, tout change: les sources sont citées.

 

Très intéressante et très belle démonstration de l’honnêteté intellectuelle des militants du Front National (mais est-ce si étonnant?): ils ont simplement ripé la vidéo pour l’intégrer sur leur chaîne YouTube, sans aucun crédit à l’auteur original. En passant, ils empochent aussi les revenus publicitaires. Et si la vidéo originale totalise à cette heure presque 113’000 vues, celle de MLP 2017 en est déjà à presque 42’000 vues. Et surtout, l’espace commentaire est un vrai défouloir.

Est-ce que les militants du Front National relaieront aussi une vidéo de Trouble Fait sur Marine le Pen, pour peu qu’elle existe un jour?

 

[EDIT] A propos de l’article Wikipedia sur Bruno Bertez

Bruno Bertez semble être un personnage assez controversé, à défaut d’être controversant. Il publie des articles sur des nombreux sites et blogs controversés. L’article wikipedia qui lui est consacré est au contraire très lisse. Petit complément d’enquête.

Dès qu’on lit un article Wikipedia sur une personne ou un sujet un tant soit peu controversé, il faut impérativement vérifier la page « Discussion »:

On y trouve tous les débats entre les auteurs sur le sujet. Parfois, ce sont de véritables batailles rangées qui y ont lieu. Ici, rien à signaler. Allons donc jeter un oeil dans l’historique:

Et là, c’est très intéressant. L’article a été créé en 2012 par un utilisateur ayant le pseudo Tango Panaché. Sa page semble montrer qu’il est spécialisé dans les sujets économiques. C’est un gros contributeur de Wikipédia (plus de 30’000 contributions). On peut donc le considérer comme relativement fiable. Mais plus intéressant, à peine créé, l’article a été modifié par des utilisateurs anonymes:

Et là, l’adresse IP 88.187.152.49 apparaît plusieurs fois. Voyons donc où pointe cette adresse, via une recherche sur https://www.iplocation.net. L’adresse IP pointe vers Jouy-le-châtel, en France:

Un petit doute s’installe… ah oui, il y a bien un Bruno Bertez qui habite Jouy-le-châtel.

De là à penser que Bruno Bertez modifie lui-même l’article qui lui est consacré… en fait, il ne s’en cache pas:

A sa décharge, il a surtout effectué quelques corrections mineures et ajouté quelques précisions. Ses activités sur sa propre page ne semblent pas prêter à polémique. Selon les règles de Wikipédia, rien n’empêche un utilisateur de créer ou modifier une fiche à son nom. Mais cela n’est pas recommandé. Il convient donc de toujours prendre du recul avec les articles de Wikipédia.

 

 

 


Education aux médias: ressources

En cette ère d’alternative facts, outre une bonne relecture de 1984 et de Fahrenheit 451 (ce qui évite d’avoir à lire Technique du coup d’état), il est important d’apprendre à nos élèves à réaliser une recherche correcte et à critiquer ses sources; en particulier sur Internet.

Le Québec s’est penché sur la question et a mis à disposition d’excellents outils à travers ce site web: http://www.faireunerecherche.fse.ulaval.ca

On y trouve en particulier des affiches pour la classe:

Processus d’une recherche:

 

Et une sur la technique des 3QPOC pour évaluer un site web:

Très intéressant aussi, une grille d’évaluation d’un site web, disponible aussi au format Word pour que l’enseignant puisse l’adapter à ses besoins:

Les outils existent; il n’y a plus d’excuse pour ne pas apprendre à nos élèves à faire des recherches efficaces et critiques!



Vis ma vie d’enseignant

« Décrivez une journée-type de votre travail »

Comment dire… après avoir mis en panne un téléphérique hier, j’ai participé, ce matin, au montage d’une antenne FM en montagne, dans la neige par -15°C et à l’installation d’un émetteur FM dans une cave, avant de regagner la base, entourée de gros ballons de toutes sortes, tout en suivant l’interview d’une conseillère d’Etat et en cherchant un bouvier et son boeuf. Bref, la routine du boulot d’enseignant!

Incompatibilité d’humeur entre l’antenne et le téléphérique. Le divorce est inévitable.

C’est beau, un antenne dans la montage… c’est aussi glacial!

Une vraie carte postale!

Sur la photo: une cave d’un particulier squattée, un émetteur FM, un patron sympa, un modem 4G, une carte son et un Mac pour récupérer la webradio, avant de l’envoyer dans l’émetteur FM. Je vous laisse identifier qui est qui.

Retour à la base. Si la Semeuse est le café que l’on savoure, le RadioBus, c’est la radio qu’on écoute!

Et une Conseillère d’Etat devant les micros!

Le Valais envahit le Pays de Vaud. Au premier plan, il s’agit de mini-mongolfières, radiocommandées.

Ça se bouscule!

Tout gamin, je passais une semaine en février, chaque année, à Château d’Oex, pour faire du ski. Cette montgolfière a toujours accompagné mes vacances. C’est sympa de la retrouver dans un cadre professionnel, 30 ans plus tard.


Semaine du code, 5 au 11 décembre 2016

La Swiss Computer Science Education Week (CSEdWeek) est une semaine dédiée à la découverte du code et de la programmation à l’école.

swiss-cs-ed-week-2016logo_white

Il s’agit de la version suisse de la Code Week, qui se déroule en général durant les vacances d’automne. Cette année, la CSEdWeek se déroule du 5 au 11 décembre 2016. De nombreuses activités sont offertes sur le site de la CSEdWeek et sur celui de l’Hour of Code.

L’objectif est de permettre à un maximum d’élève de découvrir le code informatique de manière ludique durant une heure, en réalisant des petits exercices de programmation. Et il y en a pour tous les goûts et tous les niveaux!

capture-decran-2016-11-20-a-08-39-40

Sur le site de l’Hour of Code, on trouve des dizaines d’activités autour du code, souvent en français, pour des élèves de 4 à 18 ans.

capture-decran-2016-11-20-a-08-40-55

N’hésitez pas à inscrire votre classe ou à participer librement! Dans une Suisse où il va manquer 24’000 informaticiens à court terme et où la seule action du canton de Vaud a été de supprimer le peu d’heures d’informatique de la grille horaire, toute initiative pour faire découvrir le monde du code informatique aux élèves, ne serait-ce que pendant une heure, et bonne à prendre! Enseignants: inscrivez vos classes. Parents: faites les exercices avec vos enfants.


Quand la FM rencontre la 4G

La petite histoire que je m’apprête à vous raconter illustre bien les trésors d’ingéniosité que nous devons déployer avec le Radiobus pour réussir à émettre.

Je rappelle que le Radiobus est une radio scolaire romande, sous la forme d’un ancien bus des transports publics zurichois, transformé en studio de radio mobile (régie à l’arrière, studio à l’avant et émetteur FM + antenne intégrés) par la Radio Suisse Romande. Depuis plus de 10 ans, il a été récupéré alors qu’il partait à la casse et remis en état en partenariat entre la HEPL et la DGEO, sous la patronage de Denis Badan. J’ai rejoint l’équipe il y a 3 ans.

Cette semaine, le Radiobus est à Château d’Oex, magnifique village des Alpes vaudoises, pour permettre aux élèves de la région d’animer une émission de radio du jeudi 6 au samedi 8 octobre, dans le cadre de l’inauguration du nouveau collège. On en profitera pour fêter les 10 ans de la radio scolaire local: Radio Pays d’en O.

Le problème est le suivant: le Radiobus est placé devant le collège… soit au fond de la vallée. Et la théorie de la propagation des ondes veut qu’elles se propagent bien mieux lorsque l’antenne est située en hauteur… si possible sur une montagne. Or, un téléphérique part de Château d’Oex. L’idée, un peu folle, est alors de placer l’émetteur FM et son antenne à la station amont du téléphérique, avec la nécessité de transférer le signal audio du bus à l’émetteur! Voilà ce que cela donne:

3dxvirtuallcd

 

Au départ, il était prévu d’utiliser la connexion internet normalement disponible à l’arrivée du téléphérique, pour récupérer le flux émis depuis le Radiobus. Mais impossible de se connecter. Il a fallu réfléchir et trouver une solution d’urgence…

La Radiobus est autonome en matière d’Internet. Il dispose d’un modem-routeur 4G fixe, avec une connexion Swisscom (20 Go/mois) qui lui permet d’avoir un réseau interne et une connexion à Internet sans dépendre des infrastructures scolaires locales.

crg_iupwyaqwcpr

 

Ce modem sert aussi à streamer les flux audio vers nos serveurs, pour une diffusion sur Internet et en DAB+. L’idée serait donc d’avoir une connexion 4G au sommet du téléphérique, afin de récupérer le flux audio pour l’envoyer à l’émetteur FM. C’est ce qui a été réalisé provisoirement avec un iPad équipé d’une carte SIM Swisscom privée. Malheureusement, la quantité de données mensuelle est limitée (car prévue pour une utilisation occasionnelle de l’iPad en 4G); au-delà de cette limite, le débit est drastiquement réduit et cela ne permettra plus la diffusion 24/24 durant les 3 jours nécessaires.

capture-decran-2016-10-05-a-11-49-16

Voici donc la solution trouvée: Salt, avec ses cartes PrePay, propose une connexion 4G illimitée, sans réduction de débit, pour un maximum de 2 francs par jour. Cela ferait donc 6 francs pour une connexion permanente à Internet, en 4G et une diffusion 24/24 durant 3 jours. Un rapide coup d’oeil sur la couverture 4G de Salt montre que le sommet du téléphérique est tout juste couvert en 4G; sinon on bascule en 3G, qui devrait néanmoins offrir un débit suffisant. Pour ce qui est de la couverture Swisscom, c’est tout bon au niveau du collège.

Une carte PrePay Salt, avec 20.- de crédit de communication (soit 10 jours d’émission) coûte 10.-… Nous en avons donc acquis une en catastrophe. Elle est placée dans un petit modem mobile Huawei qui a la particularité (pour un modem mobile) de posséder, outre le WiFi, un port Ethernet.

hw_436697

 

Il reste à mettre cela en place. Travailler au Radiobus amène bien des surprises, à commencer par escalader avec Denis le téléphérique avec lequel je gagnais les pistes étant enfant!

img_7737img_7729dsc05111img_7743

 

 

On y voit bien l’antenne reliée à l’émetteur FM et Château d’Oex au fond de la vallée.

img_7747img_7749

 

 

Et voici l’émetteur, ainsi que Denis en train de le régler. On a testé l’adjonction d’un compresseur, qui s’est avéré peu concluant:

img_7754img_7755

 

 

Techniquement parlant, cela se passe ainsi: le Mac est connecté au modem 4G Huawei, avec une carte PrePay Salt. Il récupère le flux en 128 kbs directement sur le site du Radiobus. Ce flux est alimenté par le modem 4G du Radiobus, via une connexion Swisscom. Le son, via l’USB, passe dans une carte son, avant d’être envoyé dans l’émetteur FM (le gros boîtier gris sous l’ordinateur). Celui-ci émet sur FM 101.3. C’est tellement efficace que la réception est claire en certains points du centre-ville de Bulle et à Vuadens!

img_7732

 

Pendant ce temps, le Radiobus est devant le collège:

dsc05133img_7715

 

 

img_7716

 

Quelle conclusion tirer de cette aventure? En réalité, il y a plusieurs conclusions. La première, c’est que le Radiobus répond toujours présent. Plus les défis sont grands, plus cela nous stimule! Pour les 10 ans de Radio Pays d’Enhaut, pour les élèves, les autorités communales et les enseignants du Pays d’Enhaut, on a littéralement déplacé des montagnes, avec la complicité de Swisscom et Salt! Et on va remettre ça cet hiver, durant le Festival des Ballons, avec Radio Ballons! La seconde, c’est que quand on est de la génération MacGyver, on trouve toujours une solution bricolée qui permet de s’en sortir… et qu’un couteau suisse fait toujours partie de la solution! Cette théorie a été une fois de plus démontrée… La troisième, c’est que cela fait justement 3 ans que j’ai rejoint l’équipe du Radiobus, et que notre vie est une sitcom, tellement nous sommes complémentaires (je suis le geek à lunettes…), voire stéréotypés! Travailler avec Nathalie et Denis, c’est partager une vision de l’éducation, des compétences, des ressources et beaucoup de rires. Enfin,

On a un bien joli canton :
des veaux, des vaches, des moutons,
du chamois, du brochet, du cygne ;
des lacs, des vergers, des forêts,
même un glacier, aux Diablerets ;

img_7736


Greenscreen et Théâtre: le making of

Le Radiobus met à disposition des classes un studio avec greenscreen (écran vert), afin de faire de l’incrustation. Grâce à la complicité de la classe 9VP/1 d’Ecublens, ainsi que de leur enseignante de français, nous avons pu faire un petit exemple avec des extraits de Molière.

Source de la vidéo: http://www.scolcast.ch/podcast/61/69-11938

 

Lire

Greenscreen

La première utilisation du studio de télévision du Radiobus, avec greenscreen a été un succès. J’ai pu filmer une classe en train de réciter du Molière, tout en incrustant les élèves dans un décor très XVIIe siècle.

Studio TV du RadioBus.fm avec Greenscreen et régie audiovidéo.

Studio TV du Radiobus avec greenscreen et régie audiovidéo.

Studio TV du RadioBus.fm avec Greenscreen et régie audiovidéo.

Les lumières du greenscreen sont des panneaux LED qui ne chauffent pas. Idéal pour une classe!

Studio TV du RadioBus.fm avec Greenscreen et régie audiovidéo.

Comme il s’agit de théâtre, j’ai utilisé des micros sur pieds au lieu des micros-cravates.

Studio TV du RadioBus.fm avec Greenscreen et régie audiovidéo.

Régie audiovidéo du studio TV du Radiobus

Studio TV du RadioBus.fm avec Greenscreen et régie audiovidéo.

Vue depuis la régie

Studio TV du RadioBus.fm avec Greenscreen et régie audiovidéo.

Les élèves sont incrustés dans le décor (ici, un salon XVIIe siècle) en direct.

 

Le studio de télévision est à disposition des écoles vaudoises gratuitement!

Tout sur le blue/greenscreen: http://kids.rts.ch/pour-tous/video/7031331-mission–cine-les-deux-super-couleurs.html#video-player et http://kids.rts.ch/pour-tous/video/7129253-mission–cine-percer-le-secret-de-la-couleur-bleue-dans-les-studios-de-cinema.html#video-player


L’évolution de la photographie

Quand, ado, je payais mes pellicules de ma poche, je réfléchissais bien avant d’appuyer sur le déclencheur…


[TV à l’école -1] Projet de télévision à l’école avec le Radiobus

Dans le cadre de mon travail au Radiobus, je suis chargé de mettre sur pied un projet de petit studio de télévision mobile avec green screen pour les écoles vaudoises. Pour débuter, voici la liste de base du matériel.

Eclairage:

Pour des soucis de dégagement de chaleur, vite pénible si le studio est installé dans des petites pièces mal ventilées, nous avons opté pour des panneaux LED; en l’occurrence 6 panneaux Dorr LED DLP-820.

Ces panneaux sont pourvus de LED blanches et jaunes. La température de la lumière peut ainsi être réglée de 3000°K à 7000°K. Il est aussi possible de faire varier l’intensité de la lumière.

Ces panneaux LED se rangent par deux dans un sac de transport pratique. Source des images: http://www.degreef-partner.nl.

La répartition de l’éclairage se fait comme suit:

  • 4 panneaux LED pour un éclairage uniforme du fond vert
  • 2 panneaux LED pour un éclairage frontal du sujet

 

Green screen

Le fond vert est en réalité un système de stand d’exposition pliable, 3×4 de chez http://www.expodisplayservice.ch.

Le montage est rapide et, une fois plié, il se range dans le petit comptoir doté de roulettes. Il est possible de commander plusieurs visuels, ce qui permet de remplacer le fond vert par un fond neutre.

 

Table de mixage vidéo Roland VR-50HD

C’est l’élément central de l’installation. Elle permet de mixer les sources audio et vidéo, de gérer le chromakey (le fond vert) et d’envoyer le résultat sur un ordinateur pour enregistrement ou diffusion en streaming.

Des écrans externes permettent un meilleur contrôle.

Au niveau des branchements, c’est relativement simple.

Si l’utilisation de la table est simple, sa configuration initiale est par contre plus complexe.

Dans un prochain article, je vous présenterai le matériel de prise de vue et de prise de son. Voici pour terminer un des premiers essais de chromakey:


Publier vos présentations au format HTML grâce à Keynote

skitched-20160207-094016Il y a quelque temps, un ami enseignant de sciences me demandait comment publier sur Internet ses présentations keynotes, avec toutes les animations, les liens,… Bref, il lui manquait un moyen simple de faire un site web; il cherchait un successeur amélioré au regretté iWeb.
Sans conviction aucune, je l’avais alors redirigé vers des solutions du type Prezi. Ces solutions sont non seulement payantes, mais en plus elles n’ont pas convaincu mon ami.

Mais pourquoi chercher ailleurs ce qu’Apple nous fournit directement, gratuitement, et de la meilleure manière qui soit? Keynote dispose d’un puissant outil d’export des présentations au format HTML. C’est très bien conçu, au point que même les transitions et les compositions sont conservées. Les liens sont naturellement cliquables. Bref, c’est pratiquement comme utiliser Keynote, mais via un navigateur web. Et pour l’hébergement, pas besoin de se casser la tête: Dropbox fait parfaitement l’affaire; il suffit de donner le lien public du fichier index.html; comme dans cet exemple:

https://dl.dropboxusercontent.com/u/6956510/Silhouette/index.html

Sinon, un petit site Educanet2 fera aussi bien l’affaire…

Dernière chose: la présentation au format HTML prend environ dix fois moins d’espace disque que le même document au format Keynote.

Merci Apple! 🙂


Comment Kodak s’est auto-détruite

Quand j’étais gamin, et même plus tard, la société Kodak était l’une des multinationales les plus puissantes au monde, avec un quasi-monopole dans le monde occidental pour ce qui était de la photographie: films, machines et produits de développement, papier: chaque photo prise était une formidable machine à cash. À côté de cela subsistaient des marques de moindre importance: Agfa, Ilford, Fuji…
Pour ma part, j’ai adoré travailler avec les pellicules noir-blanc Kodak TMax 3200 ISO, que je poussais à 6400 et que je développais avec un révélateur spécial Kodak. Ensuite, je faisais mes tirages sur du papier Ilford Multigrad, tellement souple et pratique d’utilisation pour un amateur.

 

Quand je suis passé à la couleur, j’ai adoré travailler avec le Kodak Ektachrome Panther en négatif, mais surtout avec l’ELITE Chrome en diapositive. Très chers (20 à 25.- le film), il fallait les conserver au frigo. Mais jamais avec un appareil numérique, je n’ai pu atteindre la qualité des images réalisées avec ces films.

L’histoire est ironique. C’est en effet Kodak qui a inventé la photographie numérique, qui la conduira à ce qu’elle est aujourd’hui: en faillite.
En 1975, un jeune employé de Kodak, Steven Sasson, crée le premier prototype d’appareil de photo numérique. Il a une résolution de 100x100px, en noir et blanc. Les photos sont enregistrées sur une cassette.

Mais allez faire comprendre à des dirigeants des services marketing et business, à la tête de Kodak, dont la majorité des revenus est basée sur la vente de films, de produits de développement et de papier photo, qu’un appareil de photo permettant de se passer de film et de visionner ses photos sur un écran a un éventuel avenir commercial…

Toute l’histoire est là:

http://www.brw.com.au/p/tech-gadgets/made_this_kodak_employee_invented_QnYp4iCrFXYwagdCRzszeP