Catégorie : PressMITIC

Greenscreen et Théâtre: le making of

Le Radiobus met à disposition des classes un studio avec greenscreen (écran vert), afin de faire de l’incrustation. Grâce à la complicité de la classe 9VP/1 d’Ecublens, ainsi que de leur enseignante de français, nous avons pu faire un petit exemple avec des extraits de Molière.

Source de la vidéo: http://www.scolcast.ch/podcast/61/69-11938

 

Lire

Greenscreen

La première utilisation du studio de télévision du Radiobus, avec greenscreen a été un succès. J’ai pu filmer une classe en train de réciter du Molière, tout en incrustant les élèves dans un décor très XVIIe siècle.

Studio TV du RadioBus.fm avec Greenscreen et régie audiovidéo.

Studio TV du Radiobus avec greenscreen et régie audiovidéo.

Studio TV du RadioBus.fm avec Greenscreen et régie audiovidéo.

Les lumières du greenscreen sont des panneaux LED qui ne chauffent pas. Idéal pour une classe!

Studio TV du RadioBus.fm avec Greenscreen et régie audiovidéo.

Comme il s’agit de théâtre, j’ai utilisé des micros sur pieds au lieu des micros-cravates.

Studio TV du RadioBus.fm avec Greenscreen et régie audiovidéo.

Régie audiovidéo du studio TV du Radiobus

Studio TV du RadioBus.fm avec Greenscreen et régie audiovidéo.

Vue depuis la régie

Studio TV du RadioBus.fm avec Greenscreen et régie audiovidéo.

Les élèves sont incrustés dans le décor (ici, un salon XVIIe siècle) en direct.

 

Le studio de télévision est à disposition des écoles vaudoises gratuitement!

Tout sur le blue/greenscreen: http://kids.rts.ch/pour-tous/video/7031331-mission–cine-les-deux-super-couleurs.html#video-player et http://kids.rts.ch/pour-tous/video/7129253-mission–cine-percer-le-secret-de-la-couleur-bleue-dans-les-studios-de-cinema.html#video-player


Réflexions autour de l’intégration des MITIC

La multiplication des beamers, tableaux blancs interactifs ou écrans interactifs en classe font naître en moi quelques réflexions. Ce n’est en effet pas parce que l’enseignant utilise un beamer ou un TBI en classe qu’il intègre les MITIC. En effet, in fine, l’intégration des MITIC doit être faite par les élèves, dans des cours préalablement prévus et conçus pour cela. Ce n’est qu’alors que l’intégration sera complète.

En réalité, cela ne se fait pas tout seul. On ne passe pas directement de l’étape: « je n’intègre pas la technologie » à l’étape: « mes élèves utilisent la technologie, car mon cours a été spécifiquement prévu pour cela ».

Cette évolution a été décrite par Ruben Puentedura dans son modèle SAMR, c’est-à-dire Substitution, Augmentation, Modification et Redéfinition. Cette méthode permet de mieux saisir comment la technologie peut avoir un impact sur l’enseignement et l’apprentissage.L’enseignant peut donc comprendre qu’intégrer les MITIC ne signifie pas qu’il doit utiliser les outils technologiques à tout prix, mais qu’ils doivent être engagés dans l’apprentissage des élèves afin de le favoriser. La technologie devient donc un outil pour atteindre ce but.

Le modèle SAMR est divisé en quatre étapes, qui définissent deux approches pédagogiques:


Pour rendre plus claires ces étapes, voici une petite métaphore:


Les explications suivantes sont une citation du site ecolebranchee.com:

Substitution

Définition : La technologie est utilisée pour effectuer la même tâche qu’avant.

Exemple : L’élève utilise un traitement de texte au lieu d’un crayon pour écrire un texte.

Changement fonctionnel : Aucun changement fonctionnel dans l’enseignement ou l’apprentissage. Il peut y avoir des moments où ce niveau de travail est approprié, car il n’y a pas de gain réel à tirer de la technologie. Il faut décider de l’utilisation de la technologie sur la base d’autres avantages possibles. Cette zone a tendance à être centrée sur l’enseignant, où celui-ci guide tous les aspects d’une leçon.

Augmentation

Définition : L’informatique propose un outil plus efficace pour effectuer des tâches courantes.

Exemple : L’enseignant crée une évaluation formative sur Google Drive ou Socrative et il demande aux élèves d’y répondre en ligne.

Changement fonctionnel : Il y a un certain avantage fonctionnel puisque l’évaluation est en ligne. Les élèves et l’enseignant peuvent obtenir une rétroaction presque immédiate. Ce niveau d’intégration entraîne un certain déplacement de l’enseignant vers l’élève. L’impact de la rétroaction immédiate est que les élèves peuvent commencer à s’engager davantage dans leur apprentissage.

Modification

Définition : Il s’agit de la première étape qui mène vers une transformation de la salle de classe. Les tâches scolaires ordinaires sont réalisées grâce à la technologie.

Exemple : Les élèves sont invités à rédiger une dissertation sur le thème « Mes croyances sont… ». Ce travail se fait sur Google Drive et l’enseignant a accès aux travaux en cours d’écriture. L’élève doit réaliser un enregistrement audio de l’essai en y ajoutant une musique libre de droits. L’enregistrement sera joué devant un vrai public (élèves, enseignants, parents).

Changement fonctionnel : Il y a changement fonctionnel significatif dans la salle de classe. Alors que tous les élèves acquièrent des compétences d’écriture similaires, la réalité d’un vrai public donne à chacun un intérêt personnel dans la qualité du travail. La technologie est nécessaire dans cette classe puisque celle-ci permet l’évaluation par les pairs et l’enseignant, elle facilite la réécriture et elle permet l’enregistrement audio. De plus en plus, les questions sur le processus d’écriture viennent des élèves eux-mêmes.

Redéfinition

Définition : La technologie informatique permet de nouvelles tâches qui étaient impossibles auparavant.

Exemples : Un enseignant demande aux élèves de créer un documentaire vidéo répondant à une question essentielle liée à des concepts importants du cours. Des équipes d’élèves prennent en charge différents aspects de la question et collaborent pour créer un produit final. Les équipes doivent communiquer avec des sources externes d’information et la vidéo sera publiée sur le blogue de l’école.

Changement fonctionnel : À cette étape, les tâches scolaires communes et la technologie n’existent pas comme une finalité, mais comme un soutien pour centrer l’élève vers son apprentissage. Les élèves apprennent le contenu et les compétences à l’appui des concepts importants, car ils poursuivent le défi de créer une vidéo de qualité professionnelle. La collaboration devient nécessaire et la technologie permet que ces communications se produisent. Les questions et les discussions sont de plus en plus gérées par les élèves.

Si le modèle SAMR apporte une vision claire et simple de l’intégration des MITIC, permettant à l’enseignant de pouvoir très facilement évaluer son degré d’intégration (ou ce qui lui manque pour passer à l’étape suivante), il a le désavantage de ne pas entrer directement dans la taxonomie de Bloom. Néanmoins, des essais ont été faits afin de faire cohabiter le SAMR avec Bloom, comme cet exemple de roue basée sur des applications iPad:


Imprimer en 3D le relief

Une des applications pédagogiques particulièrement utiles avec l’imprimante 3D est l’impression de modèles du relief terrestre. Jusqu’à maintenant, c’était assez fastidieux: il fallait trouver des données altimétriques libres, les travailler dans un SIG comme Grass, puis les travailler afin d’en obtenir un fichier .stl imprimable. La chose est d’autant plus complexe sur Mac, vu le peu de choix de logiciels. L’autre solution est d’utiliser des services payants.

Il existe maintenant une alternative simple et gratuite, qui s’appuie sur les données altimétriques de Google Maps, et donc disponible pour tous les points de la planète: terrain2stl

Capture d’écran 2016-04-09 à 18.44.34

Les fonctions de l’outil sont relativement limitées, mais cela rend son utilisation d’autant plus simple. Comme sur Google Maps, on se positionne à l’endroit désiré:

Capture d’écran 2016-04-09 à 18.51.03

On peut régler la taille de la sélection, malheureusement pas de manière linéaire, mais par cran. Voici la taille maximum de la zone imprimable:

Capture d’écran 2016-04-09 à 19.00.19

Il suffit ensuite de cliquer sur create STL file, puis Download:

Capture d’écran 2016-04-09 à 19.01.39

Le résultat:

Le relief terrestre est relativement plat par rapport à son échelle horizontale. On peut amplifier le relief pour bien le voir en modifiant l’échelle de l’axe Z:

Il est aussi possible d’importer les fichiers STL dans SketchUp et les y modifier:

Capture d’écran 2016-04-09 à 19.10.54

DSC04448
Pour réaliser vos propres reliefs: http://jthatch.com/terrain2stl/


Télécharger des polices de caractères gratuites

Voici une petite liste de sites qui permettent de télécharger des polices de caractères gratuitement:

http://www.dafont.com
http://www.pickafont.com
http://www.1001freefonts.com

N’hésitez pas à m’en signaler d’autres dans les commentaires.


Formation Impression 3D pour l’école

J’ai le plaisir de vous annoncer que je donnerai deux formations pour débutants à l’impression 3D, coorganisée avec l’association eMitic.ch:

Impression 3D dès la 7H (Module 1+2)

 

Module 1: Introduction à la modélisation 3D: je créé des objets 3D avec SketchUp et je les imprime: le porte-clés et le jeton de caddie. Destiné à tous les enseignants qui désirent créer des objets en 3D facilement, puis les imprimer. L’’activité est réalisable avec des élèves de 7 à 11H. Les enseignants des classes en dessous de 7H peuvent suivre ce cours pour apprendre à modéliser les objets qui leur sont nécessaires.

Module 2 (modules 1 obligatoire): J’’imprime des objets sur l’’imprimante 3D Ultimaker 2. C’’est le plat de résistance. Vous apprendrez à imprimer sur notre meilleure imprimante 3D de manière autonome. C’’est beaucoup plus simple qu’’on ne le croit! Cette imprimante 3D peut être transportée dans les classes des collèges du primaire à certaines périodes.

  • Intervenant : Frédéric Genevey
  • Quand : 11 novembre 2015 14h à 16h30
  • Où : Ecublens – Salle SRO (bâtiment Saturne)

 

Impression 3D pour le primaire (Module 3+4)

 

Module 3: L’’impression 3D de 1H à 6H: mes élèves dessinent des emportes-pièces de biscuits de Noël que j’’imprime ensuite en 3D. Il est aussi possible de réaliser des emporte-pièces personnalisés pour la pâte Fimo, la pâte à sel, la porcelaine froide.

Module 4 (modules 3 obligatoire): J’’imprime des objets sur l’’imprimante 3D Ultimaker 2. C’’est le plat de résistance. Vous apprendrez à imprimer sur notre meilleure imprimante 3D de manière autonome. C’’est beaucoup plus simple qu’’on ne le croit! Cette imprimante 3D peut être transportée dans les classes des collèges du primaire à certaines périodes.

  • Intervenant : Frédéric Genevey
  • Quand : 25 novembre 2015 14h à 16h30
  • Où : Ecublens – Salle SRO (bâtiment Saturne)

 

 

Pour vous inscrire, vous devez vous connecter au site, ce qui vous permettra de facilement, par la suite, consulter ou annuler votre/vos inscription(s).

Afin de faciliter notre organisation, nous vous prions de vous inscrire au plus tard 3 jours avant l’atelier, et ne pas oublier de vous désinscrire si vous ne pouvez y participer.

Les non-membres peuvent s’inscrire en utilisant le nom : « ateliers » et mdp: « ateliers ». Ils peuvent payer 30.- par atelier ou choisir de s’affilier à eMITIC pour 30.- par an.

Une attestation de formation continue sera délivrée aux participant-e-s.


Lettre d’information « imprimantes 3D et école » – avril 2015

Avec du retard, voici la lettre d’information « imprimante 3D et école » d’avril 2015. La lettre d’information de mai va arriver tout prochainement,

 

Newsletter3D-avril2015


Makey Makey: le monde est votre gamepad

Makey Makey est une petite carte électronique permettant de transformer n’importe quelle chose qui conduit un tant soit peu l’électricité en gamepad.

Regardez bien cette vidéo de présentation et imaginez le potentiel créatif du Makey Makey!

 

Le côté génial du Makey Makey est qu’il suffit de connecter le câble USB pour que cela fonctionne. Il est directement reconnu comme un clavier. Il est capable de gérer les 4 flèches de direction, espace, clic, WASDFG, ainsi que la souris. Depuis la version 1.2, il est possible de remapper le Makey Makey. Pour les versions précédentes (dont celle que je possède. On ne peut acheter en Suisse que les anciennes versions), il faut passer par Ukulélé, et remapper le clavier sur le Mac.

Le Makey Makey se compose d’une carte électronique. La connexion avec les éléments conducteurs se fait soit sur sa face à l’aide de pinces crocodiles, soit au verso, avec des câbles jumpers.

makeymakey

Il est ainsi très simple de faire un fraino, soit un piano à fraise!

DSC03822 DSC03820

Makey Makey propose de nombreux exemples et activités sur son site. Mais tous ceux qui ont déjà travaillé avec Scratch vont vite percevoir le potentiel du duo Scratch-Makey Makey! En effet, en plus de créer son programme sur Scratch, l’élève va créer son propre gamepad. Ce dernier peut être un vêtement auquel on aura cousu des zones conductrices avec du fil conducteur, des zones conductrices au sol, ou simplement des camarades de classe!

367306-scratch-from-mit

Le Makey Makey s’insère aussi parfaitement dans les cours de musique et d’arts visuels, que ce soit pour une interaction entre la rythme et le corps ou pour des installations interactives.

Voici quelques exemples musicaux:

 

Makey Makey est disponible sur Play-Zone et Boxtec au prix de 60.-

La nouvelle version 1.2 peut être achetée sur le site Makey Makey.


Technologie à l’école: la métaphore du crayon

metaphore_crayon

Cliquer sur l’image pour la voir en grand.


Petites énigmes mathématiques pour les cycles 1 et 2

Chères collègues et chers collègues,

Dans le cadre de la semaine des mathématiques, l’Académie de Grenoble a mis en ligne une série de petites énigmes mathématiques, pour les élèves de la maternelle au CM. Il s’agit de fiches toutes faites, avec naturellement un corrigé à télécharger à part.

Vous pouvez trouver ces documents à cette adresse: http://www.ac-grenoble.fr/mathssciences/spip.php?rubrique288 et à cette adresse: http://www.ac-grenoble.fr/mathssciences/spip.php?article522

Sur le même site, vous trouverez des petits défis mathématiques: http://www.ac-grenoble.fr/mathssciences/spip.php?article456


Formation emitic ACT & MITIC

Suite à la formation ACT & MITIC, organisée par l’association Emitic.ch, la documentation présentée est disponible à cette adresse:

http://mitic.education/files/ACT-MITIC-web.pdf


Le RSS, vraie bonne idée, se meurt

De moins en moins de sites web proposent un flux RSS. Pourtant, c’est l’une des technologies les plus utiles sur Internet pour tout PressMITIC qui se respecte.

 

Les portes du flux

Commençons par le début: le flux RSS (Really Simple Syndication) est un format de données utilisé pour la syndication du contenu web… je cite Wikipédia. En fait, c’est très simple: il s’agit de mettre à disposition tout ou partie du contenu d’un site web selon un format unifié. L’âge d’or du RSS date de l’explosion des blogs sur Internet. Ainsi, pour chaque nouvel article publié, le flux RSS se met à jour, incluant tout ou partie de l’article. Le principal avantage est que le flux RSS se crée et se met à jour automatiquement, sans intervention du blogueur.

rss

Logo RSS

Allumer le flux

L’utilité du RSS était de pouvoir afficher en direct le contenu d’un site web dans un autre. Mais surtout, très vite des sites agrégateurs de contenu sont arrivés, comme Netvibes, Feedly ou Digg. Mais celui qui tenait le haut du pavé était bien Google Reader. Très vite, des logiciels d’agrégation de flux RSS sont arrivés sur le marché, comme l’excellent NetNewsWire.

Grâce aux flux RSS et aux agrégateurs, il est possible de centraliser au même endroit le contenu de centaines de sites web, toujours à jour, et souvent consultable même hors de toute connexion. Il faut bien se rendre compte que l’Internet mobile, à cette époque, était une chose très onéreuse, très rare et très lente. Un agrégateur ne charge que le contenu des articles, sans se soucier du reste du site, à commencer par la publicité. Et surtout il suffit de lancer son logiciel pour que l’ensemble du contenu soit mis à jour. En un coup d’oeil, on peut voir quels sites ont été mis à jour et proposent de nouveaux articles… c’est un peu l’ancêtre des notifications actuelles.

 

NetNewsWire - 8515 unread - Extended Trial

Les flux RSS et un agrégateur sont indispensables pour faire de la veille. En tant que PressMITIC, je peux suivre ce qui se passe sur les principaux sites technologiques et pédagogiques. Surtout, je suis avisé dès qu’un nouvel article est publié, ce qui m’évite de devoir aller visiter des sites qui n’ont rien de neuf à proposer. Par ailleurs, une vision globale des titres des nouveaux articles et un moteur de recherche intégré à l’agrégateur permettent d’avoir une vision d’ensemble et de rapidement trouver l’information.

 

Requiem pour un flux

Mais si les flux RSS sont si pratiques, pourquoi sont-ils menacés? Simplement parce que le web change et surtout la manière de le consommer change aussi. Les blogs cèdent la place aux réseaux sociaux et ceux-ci ont tout intérêt à garder les internautes sur leur site afin de dégager de confortables revenus publicitaires. Les flux RSS vont donc à l’encontre de leurs intérêts économiques. Par ailleurs, il y a de plus en plus un glissement vers un usage mobile d’Internet sur smartphones et tablettes. Cet usage passe le plus souvent moins par un navigateur que par des applications dédiées. Ainsi, même les sites de recettes de cuisine ont leur propre application. A nouveau, l’objectif étant de rendre captif l’utilisateur, la suppression des flux RSS va empêcher la consultation du contenu hors du cadre prévu par l’éditeur. Enfin, Google, dont les principaux revenus sont issus de la publicité en ligne, a désactivé son service Google Reader, qui était l’un des plus utilisés par les Internautes pour la consultation des flux.

Aujourd’hui, de moins en moins de sites proposent de flux RSS et je le déplore. Grâce à eux, je peux suivre quotidiennement une dizaine de sites web.