Catégorie : livres

[Livre] A l’aventure avec Arduino

Cliquer sur le livre pour le feuilleter ou l'acheter sur Amazon

Cliquer sur le livre pour le feuilleter ou l’acheter sur Amazon

Le sous-titre; « dès 10 ans » implique que ce livre manque complètement sa cible: gros pavés de textes, présentation dense, touffue et un peu triste ainsi que de devoir attendre la page 41 avant de réaliser son premier montage (une résistance, une LED) fait que n’importe quel enfant entre 10 et 12 ans normalement constitué va prendre ses jambes à son cou! [Un extrait peut être téléchargé ici: http://www.eyrolles.com/Chapitres/9782212143140/extrait_arduino.pdf]

Maintenant, ce livre a quand même des avantages certains, pour un enseignant ou un parent qui va accompagner des enfants: les exercices sont bien agencés, les explications sont claires et simples à comprendre. Les objectifs sont ambitieux, puisqu’on va aller jusqu’à aborder les registres à décalage et les servos. Enfin, à noter que le livre ne se contente pas d’exercices avec l’Arduino Uno, mais aborde aussi les spécificités de l’Arduino Leonardo (émuler un clavier ou une manette sur un ordinateur) et du Lilypad (e-textil, à savoir utilisable sur des vêtements).

Au final, il en reste un bon livre pour apprendre la programmation sur Arduino, y compris pour les adultes. Un adolescent de 15-16 ans pourra sans problème l’utiliser seul, par contre, en dessous, un accompagnement me semble nécessaire. À noter que tous les codes peuvent être téléchargés sur le site de l’éditeur, ainsi que quelques vidéos explicatives… mais en anglais. À noter que les vidéos, tout comme les photos du livre, auraient pu être visuellement plus soignées.

Bref: livre à recommander pour débuter dans le monde Arduino.

Commander le livre sur Amazon (lien sponsorisé)


Livre numérique : le début de la fin ? Non, la fin du début!

Dans son article publié sur telerama.fr, Juliette Bénabent enterre le livre numérique: recul des ventes, stagnation… voilà un vocabulaire bien économique, et donc bien éloigné de la réalité.
Les statistiques ne prennent en compte que les livres numériques vendus; sans tenir compte des autres: ceux dans le domaine public et ceux (très nombreux) qui sont piratés. En réalité, la lecture numérique est bien plus étendue que ce que les études veulent bien montrer, mais souffre surtout de toutes les embûches mises en place par les éditeurs et vendeurs de contenu: Amazon ne vend des livres numériques que compatibles avec ses liseuses Kindle. Ces mêmes liseuses, très populaires, n’acceptent que les livres au vendu par Amazon. Les autres liseuses ne peuvent pas les lire, mais ont en plus à gérer les très lourds, très pénibles et très casse-pieds gestionnaires de droits, à commencer par celui d’Adobe Digital Edition. Bref, tout est fait pour que le lecteur de livres numériques n’ait rien à lire; ou rien à lire sans devoir faire un incroyable micmac logiciel pour convertir/adapter/ripper/exporter les livres numériques. Bref, il est souvent plus simple, plus rapide et plus fiable de pirater un livre numérique que de l’acheter!

J’adore le livre papier. J’en possède plus de mille. Mais mes conditions de lectures font que le livre numérique est pour moi bien plus pratique. Je suis prêt à payer mon livre numérique au même prix qu’un livre papier; à condition que comme ce dernier, j’en sois le propriétaire et que je puisse le lire dans toutes les conditions; c’est à dire sur tout périphérique électronique. Il se doit donc d’être pérenne; je ne veux pas payer le prix fort pour un livre numérique dont je ne trouverai plus aucun lecteur compatible dans 15 ans. Or, avec les DRM, les formats propriétaires, c’est le cas aujourd’hui; les livres numériques sont pratiquement au même prix que les livres papier (le coût d’impression et de distribution étant relativement faible, sur le prix total d’un livre; c’est normal). Mais ce livre, souvent, devient illisible parce qu’on change de marque de liseuse, ou simplement parce qu’on n’a plus accès à son compte de gestion DRM (merci Adobe d’avoir été si minable que mon compte chez toi a été piraté en même temps que des milliers d’autres et mis à la disposition de tous sur Internet).

Bref; entre formats incompatibles, DRM, et autres limitations d’usage, c’est l’industrie littéraire qui est principalement responsable du semi-échec commercial du livre numérique. Si le livre numérique ne se vend pas, c’est parce que tout est fait pour ne pas le vendre. C’est tellement compliqué de vouloir acheter et lire légalement un livre numérique que le réflexe est de voir si le livre n’est pas disponible en version piratée: pas de DRM, pas de restriction d’usage, pas de problèmes de compatibilité.

Je lis sur cinq périphériques: Kobo Aura H2O, Mac, iPad, iPhone et livre papier. Pouvoir lire le même livre, honnêtement acheté, sur le bon périphérique au bon moment, c’est mission impossible. Alors il ne faut pas s’étonner que le livre numérique peine à décoller, quand tout l’establishment cherche à l’abattre.

A lire sur le même sujet: http://linkis.com/com/4bnBa


Bibliographie: l’impression 3D avec SketchUp

SketchUp reste sans doute l’un des logiciels les plus simples pour commencer la création d’objets 3D avec les élèves. Afin de pouvoir aller plus loin avec eux, je vous recommande le livre « L’impression 3D avec SketchUp », de Jean-Luc Clauss, aux éditions ENI (ISBN: 978-2-7460-9216-7).

81RLfXnIUhL
Il n’est pas long, bien illustré, simple d’accès et apporte de nombreux exemples pratiques. Il aborde autant des fonctions de SketchUp Pro que de la version gratuite et permet d’acquérir une excellente pratique de ce logiciel. Son autre point positif est qu’il présente et explique les différents plug-in utiles pour l’impression 3D (export STL, round corner…). C’est une sorte d’aide-mémoire très utile pour tout enseignant travaillant avec une imprimante 3D.

Commander « L’impression 3D avec SketchUp » sur Amazon.


Space Opera

Quand, comme moi, on a été nourri au biberon par Albator, qu’on a appris à faire du vélo avec le Capitaine Flam, que C3PO était un copain de classe et qu’on pense que Serenity vaut mille châteaux (attention: jeu de mot subtile), on aime le space opera, les pirates et idéalement les pirates dans des histoires de space opera! Et ce vœu est comblé avec Bloody Marie, de Jacques Martel.


Imaginez un vieux loup de l’espace (à défaut de mer) qui, dans un improbable estaminet de la galaxie, raconte l’histoire de Bloody Marie, la pirate la plus célèbre et impitoyable à 4000 parsecs à la ronde. Mais ce n’est pas n’importe quelle histoire; celle-ci est de première main! Voici l’histoire interstellaire de Mary Read, femme, capitaine, pirate et sans pitié.

Commander le livre sur Amazon